Recours aux contractuels pour l’encadrement supérieur invalidé

Par sa décision du 4 septembre, le Conseil Constitutionnel vient invalider les articles de la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » qui portent sur l’ouverture des postes de l’encadrement supérieur aux contractuels venus du privé. Il considère ces articles comme étant des « cavaliers », donnant ainsi raison à l’analyse de l’UNSA Fonction Publique.

Sur le fond, l’UNSA Fonction Publique est atta­chée aux spé­ci­fi­ci­tés de la Fonction publi­que, au ser­vice des fran­çais. Elle estime que la néces­saire réflexion autour d’une ges­tion pré­vi­sion­nelle de l’emploi et des com­pé­ten­ces doit enfin être ouverte. L’UNSA rap­pelle que la for­ma­tion de l’enca­dre­ment supé­rieur dans les écoles de ser­vice public permet l’acqui­si­tion d’une culture de l’inté­rêt géné­ral.

Lien vers l’article sur le site UNSA-FP

Paie d’août 2018

La direction générale  a communiqué l’information suivante concernant les retenues pour jours de carence. La reprise des jours de carence relatifs au premier quadrimestre sera faite sur la paie d’août 2018 : la reprise est volontairement limitée à deux jours maximum par mois de paye. Pour les agents qui ont cumulé plusieurs jours de carence, elle s’étalera donc sur plusieurs mois.

Communiqué de presse Unsa – Arbitrages budgétaires à hauts risques

La rentrée sociale s’effectue sous le signe des arbitrages budgétaires que le Premier ministre vient de rendre publics. Dans un pays où la cohésion sociale est largement fracturée et où le chômage de masse continue à sévir, leur logique ne peut qu’inquiéter l’UNSA.

 La désindexation des allocations familiales, des APL et des retraites conduira à une perte de pouvoir d’achat pour des millions de nos concitoyens, au risque de contre-effets sur la croissance dans un pays où celle-ci reste très dépendante de la consommation. De surcroit, annoncée indistinctement, elle frapperait de plein fouet les plus démunis de nos concitoyens, aggravant un peu plus l’injustice sociale.

 Quant à l’exonération de cotisations sociales des heures supplémentaires, elle ne résoudra en rien la situation des chômeurs pour lesquels, avant la question d’avoir du travail supplémentaire, se pose celle d’avoir du travail tout court. L’UNSA s’interroge également sur la compensation de ce manque à gagner pour la Sécurité Sociale et sur la logique d’étatisation qu’elle pourrait accentuer.

 Le gouvernement justifie ses choix budgétaires par la priorité qu’il entend donner à l’activité. Mais en pointant financièrement les « inactifs » (retraités, chômeurs, allocataires…) au risque d’en faire des boucs émissaires d’un développement économique dont ils ne sont pas responsables, il glisse dangereusement. Il commet ainsi une erreur politique autant qu’économique.

 A travers ces sujets budgétaires se pose à nouveau la question du projet de société, du modèle économique, social et environnemental que le gouvernement entend porter et avec qui. Cette interrogation sera au cœur de la rencontre que l’UNSA aura, le 4 septembre, avec le Premier ministre, dans le cadre de la concertation que ce dernier a été chargé de mener avec les partenaires sociaux.

Transformation des CAP : mauvaise idée

Définir un nouveau modèle de dialogue social ne peut pas se traduire par une détérioration des droits des agents publics.

La présentation, le 25 mai, par la DGAFP, au nom du gouvernement, d’un scénario pour les futures CAP (Commissions Administratives Paritaires) et CCP (Commissions Consultatives Paritaires), élues en 2022, est en contradiction avec les concepts de modernisation et d’amélioration qu’il évoque. Le projet mis sur la table est plus proche d’une transformation radicale.

L’UNSA a réaffirmé l’importance des CAP et des CCP qui doivent être proches des préoccupations des agents et qui doivent permettre de garantir l’équité de traitement entre agents et la transparence dans la gestion.

Transformer-completement-les-CAP-et-les-CCP-une-mauvaise-idee-pour-tous-agents

CAP Hors classe

Les résultats de le CAP du 6 juillet 2018 ont été publiés. L’administration a retenu 36 noms pour l’accès à la hors classe et 2 noms seulement pour l’accès à l’échelon spécial. Pour la troisième année consécutive, l’administration fait des économies sur le dos des attachés en ne saturant pas, et de loin, les postes ouverts à l’échelon spécial. C’est ne pas reconnaitre le travail réalisé par de nombreux attachés au cours de leur carrière.